Browsed by
Tag: mild cognitive impairment

‘We’re not running and hiding’: Couple confronts possibility of dementia head-on

‘We’re not running and hiding’: Couple confronts possibility of dementia head-on

When you’ve seen the effects of dementia before, noticing even minor changes in your cognitive abilities can be alarming. Both Yvon and Susanne lost their mothers to Alzheimer’s, so they’re no strangers to the disease.

When Susanne began to show small signs of forgetfulness a few months ago, they immediately went to their doctor. After a series of tests, Susanne was diagnosed with Mild Cognitive Impairment (MCI), which can be—although not always—a precursor to dementia. Susanne was given appropriate medication and is showing signs of improvement. MCI is “just barely on the scale” of neurological impairment, but because of their shared family histories of Alzheimer’s, the couple is not taking any chances.

Yvon has made changes in his life now that he’s supporting a partner with MCI. He’s learning different ways of saying and doing things, taking on new tasks, and researching as much as he can about cognitive impairments and dementias. He’s reading about the importance of nutrition, exercise and mental activities. He’s also grateful for the support of friends and neighbours.

And MCI is not their only health concern. Susanne also lives with lupus and Yvon has diabetes and glaucoma in his right eye. To help manage these multiple health concerns, Yvon and Susanne are looking for new supported living arrangements to relieve some of the stress of handling everything on their own.

They’re hopeful. Being proactive about the disease gives Yvon a sense of clarity and calmness. He encourages Susanne in the kinds of activities that keep her engaged and active – doing household finances and crosswords, knitting and reading. They’re learning everything they can about the disease and have joined a support group, one of many programs available at the Alzheimer Society of Cornwall.

“The more education people have, the better prepared they can be about what’s ahead,” says Yvon. That’s why supporting the Alzheimer Society’s work in raising awareness and funding research is so critical for couples like Yvon and Susanne. Making a donation helps. Because it’s not just their disease. It’s ours too. #InItforAlz

DONATE


« On ne peut pas se sauver de la réalité » : Un couple fait face à la possibilité de se voir confronter à la maladie d’Alzheimer

Yvon and Susanne Brazeau

Même des changements mineurs dans nos capacités cognitives peuvent nous inquiéter quand on connaît les conséquences de la maladie d’Alzheimer. Cette maladie a emporté la mère de Suzanne et celle d’Yvon. Tous deux savent très bien de quoi il en retourne.

Il y a quelques mois, Suzanne a commencé à montrer des signes de perte de mémoire. Tout de suite, elle a consulté son médecin. Après une série de tests, un diagnostic de déficit cognitif léger lui a été confirmé. Même si cela n’est pas toujours le cas, ce diagnostic pourrait être un signe avant-coureur de maladie cognitive. Suzanne prend les médicaments recommandés pas son médecin et montre maintenant des signes d’amélioration. Le déficit cognitif léger est un trouble neurologique mineur, mais, en raison de ses antécédents familiaux, Suzanne ne veut courir aucun risque.

Yvon a modifié un peu son style de vie depuis qu’il prête assistance à sa conjointe. Il apprend de nouvelles façons de dire et de faire les choses, prend en charge de nouvelles tâches, et s’informe du mieux qu’il le peut sur les questions entourant les déficiences et maladies cognitives. Ses lectures lui ont fait prendre conscience de l’importance de la nutrition, de l’exercice et des activités mentales. Ses amis et ses voisins le soutiennent et il en est très reconnaissant.

Mais ce n’est pas tout. Suzanne est également atteinte du lupus et Yvon a le diabète, en plus d’un glaucome à l’œil droit. Pour ne plus être livrés à eux-mêmes dans leur combat contre la maladie et pour évacuer un peu de stress, Yvon et Suzanne tentent actuellement de trouver des services d’aide à la vie autonome.

Par-dessus tout, ils gardent l’espoir. Grâce à son attitude proactive face à la maladie, Yvon éprouve un sentiment de clarté et de calme. Il encourage Suzanne à rester active en participant aux finances du ménage et en faisant des mots croisés, du tricot et de la lecture. Ils apprennent tout ce qu’ils peuvent sur la maladie et font maintenant partie d’un groupe de soutien, qui est l’un des nombreux services offerts par la Société Alzheimer de Cornwall.

« Plus on s’informe, mieux on se prépare pour l’avenir », déclare Yvon. C’est pourquoi il est si important de soutenir les initiatives de sensibilisation du public et de financement de la recherche de la Société Alzheimer. Votre contribution est importante parce que les maladies cognitives ne concernent pas seulement les personnes atteintes. Elles nous concernent tous. #TousContreAlzheimer.

FAITES UN DON

Research Video Series: Introducing Dr. Rahel Rabi

Research Video Series: Introducing Dr. Rahel Rabi


At the University of Toronto, Rahel Rabi’s research focuses on diagnosis and detection, where she is working hard to identify the cognitive biomarkers of mild cognitive impairment (MCI). In this video, Rahel describes her research funded by the Alzheimer Society Research Program in her own words.

Scientists have made remarkable strides in understanding Alzheimer’s disease, and with recent advances in research involving novel techniques, we can work towards finding a cure.
-Rahel Rabi

Rahel Rabi

Rawlinson Post-Doctoral Fellowship in Alzheimer’s Disease (Quality of Life) – $100,000
Project: Stroop event-related potentials as neurocognitive markers for amnestic mild cognitive impairment
This project is funded by the Rawlinson Family.

Read about more of our grants and awards recipients here.

Introducing the 2016 Alzheimer Society Research Program (ASRP) Community Representatives

Introducing the 2016 Alzheimer Society Research Program (ASRP) Community Representatives

This year the Alzheimer Society celebrates 28 years of funding research through the Alzheimer Society Research Program (ASRP). The peer review panel meetings were held in February 2016 in Toronto, Ontario, and included the role of Community Representatives. Community Representatives are members of the general public who are not currently involved with research who are given the opportunity to comment on the intent, purpose and on the clarity of the language used within the lay summaries of research applications that are received by the Society. Their involvement in peer review serves as a mechanism for public accountability by providing feedback on the ASRP peer review process.

It is with great pleasure that we introduce our 2016 Community Representatives:

Neville-Chenoy“I was amazed at the breadth and scope of research projects which were received from researchers across the country. I had no idea of the extent of this endeavor but, on a personal level, very grateful that so much work is being done to identify the cause of the Alzheimer problem which may one day lead to a cure.

Even more impressive to me was the expertise and dedication of the panel members to review the various proposals. Each panel member must have spent countless hours doing so liaising with colleagues, analyzing what was being proposed and bringing to the table an informed judgment.

The process itself was unique in that it set out to be fair by applying a scoring system from the start and laying out ground rules for conflict of interest which were meticulously followed. Over the years I have participated in many organizations working to allocate their resources to new programs or research proposals but your Peer Review Process is truly tops.”

-Neville Chenoy, 2016 Community Representative, Biomedical Peer Review Panel
Neville is living with Mild Cognitive Impairment. He is a retired health care consultant living in Toronto and attends support groups hosted by the Alzheimer Society of Toronto.

 

Sherri-Russell“Funding research on Alzheimer’s disease and dementia is important to me because it is not a clearly defined or understood disease and more information is needed.

It was a pleasure being a part of the Peer Review Panel. Thanks to those who made us feel welcomed – a memory I shall never forget …I hope!”

-Sherri Russell, 2016 Community Representative, Quality of Life Peer Review Panel
Sherri is living with Mild Cognitive Impairment. She formerly worked in Real Estate. Sherri enjoys playing bridge, writing, exercising and staying social.

 

 

 

***********************************************************************

Des représentants de la collectivité participent au Programme de recherche de la Société Alzheimer 2016 (PRSA)

Le Programme de recherche de la Société Alzheimer finance la recherche depuis maintenant 28 ans. Des représentants de la collectivité ont participé aux réunions des comités d’évaluation par des pairs, qui ont eu lieu en février 2016 à Toronto (Ontario). Les représentants de la collectivité sont des membres du grand public qui ne participent pas actuellement à la recherche. Ils donnent leurs commentaires sur les intentions et les objectifs des projets de recherche soumis et sur la clarté du langage utilisé dans les résumés simplifiés. Leur contribution au processus d’évaluation par des pairs fournit un mécanisme de reddition de comptes auprès du public.

Nous sommes très heureux de vous présenter nos représentants de la collectivité pour 2016:

Neville-Chenoy« J’ai été frappé par l’ampleur et la portée des projets de recherche soumis par les chercheurs de tout le pays. Je ne m’attendais pas à une telle activité. Je dois dire que je suis personnellement très heureux de l’importance des efforts déployés pour mieux comprendre la maladie d’Alzheimer. Un jour, il sera possible de la guérir.

J’ai été encore plus impressionné par l’expertise et le dévouement des membres du comité chargé d’évaluer les divers projets soumis. Chacun des participants doit sans doute consacrer de nombreuses heures à cet exercice, pour assurer la liaison avec les autres membres du comité, faire l’évaluation des projets et apporter un jugement éclairé au cours des discussions.

Le processus d’évaluation est unique en ce qu’il applique un système de pointage pour assurer des conditions équitables, et des règles strictes pour éviter les conflits d’intérêts. Au fil des ans, j’ai participé à de nombreux groupes de travail chargés de l’allocation des ressources destinées à de nouveaux programmes ou à des projets de recherche, mais votre processus d’évaluation par les pairs n’a vraiment pas son pareil. »

-Neville Chenoy, représentant du public 2016, comité d’évaluation par les pairs, volet biomédical
Chenoy est atteint d’un trouble cognitif léger. Consultant en soins de santé, il est maintenant à la retraite et participe à des groupes de soutien offerts par la Société Alzheimer de Toronto.

 

Sherri-Russell« Le financement de la recherche sur la maladie d’Alzheimer et les autres maladies cognitives est important pour moi, parce que ces maladies ne sont pas clairement cernées ni comprises et qu’il est nécessaire de pousser plus avant.

J’ai été ravie de faire partie du comité d’évaluation par des pairs. Je vous remercie de nous avoir chaleureusement accueillis. Je n’oublierai jamais cette expérience… enfin je l’espère. »

-Sherri Russell, représentante du public 2016, comité d’évaluation par les pairs, volet qualité de vie

Mme Russell, qui est atteinte d’un trouble cognitif léger, travaillait auparavant dans l’immobilier. Elle aime le bridge, l’écriture, l’exercice et les activités sociales.

 

Introducing the 2015 Alzheimer Society Research Program (ASRP) Community Representatives / Des représentants de la collectivité participent au Programme de recherche de la Société Alzheimer (PRSA)

Introducing the 2015 Alzheimer Society Research Program (ASRP) Community Representatives / Des représentants de la collectivité participent au Programme de recherche de la Société Alzheimer (PRSA)

This year the Alzheimer Society celebrates 27 years of funding research through the Alzheimer Society Research Program (ASRP). The peer review panel meetings were held in February 2015 in Toronto, Ontario, and included the role of Community Representatives.

Community Representatives are members of the general public who are not currently involved with research who are given the opportunity to comment on the intent, purpose and on the clarity of the language used within the lay summaries of research applications that are received by the Society. Their involvement in peer review serves as a mechanism for public accountability by providing feedback on the ASRP peer review process.

It is with great pleasure that we introduce our 2015 Community Representatives:

“I was given the chance to understand the peer review process and the Alzheimer society’s involvement in research when I reviewed as a community representative. Being a part of the process meant a lot to me. The different abstracts read were very helpful to me because it gave me hope about my husband who has MCI, some of which may help him someday.  Also, the doctors we met were all very professional and ethical, open and friendly. As a caregiver I found the peer review process to be a learning experience; I got to learn about interesting abstracts and research about MCI/Alzheimer’s disease/Dementia.

Funding research on Alzheimer’s disease and dementia is important to me because there is a need for early diagnosis, understanding the cause of Alzheimer’s and treatment for the different types of dementias. Hopefully my husband and children and others will benefit from this research.”

-Lydia Watts, 2015 Community Representative, Biomedical Peer Review Panel

Lydia is the primary caregiver to her husband, Bruce, who has Mild Cognitive Impairment. She is a retired medical technologist and now enjoys volunteering and her hobbies include beading and taking online courses.

Bruce-and-Lydia-Watts
“This has been a rewarding and interesting experience. It is encouraging to hear how much research and development there is to control the advancement and perhaps eventually cure this devastating disease. Everyone we met at this conference are very friendly, open and encouraging people all working together with a similar goal – to beat this disease and improve our quality of life. Having an opportunity to comment on the research left me feeling heard and understood for the input I was given the chance to offer.

As a person living with dementia I found the peer review process to be an important and worthwhile endeavour and time well spent.

Funding research on Alzheimer’s disease and dementia is important to me because research is finding a way to control and eventually cure Alzheimer’s and MCI is important now and for future generations.”

-Bruce Watts, 2015 Community Representative, Biomedical Peer Review Panel

Bruce is living with Mild Cognitive Impairment and is supported by his wife Lydia and family. He is a retired medical technologist. His hobbies include photography.

 

Gail“This has been a positive and encouraging experience. I am impressed with the variety of proposals and the thorough and detailed process used to make decisions. The discussions were clear and lively and people were patient yet challenging.

As a person living with dementia I found the peer review process to be encouraging and thorough.

Funding research on Alzheimer’s disease and dementia is important to me because I hope they will find a cure. As well it will provide different and new ways to deal with the disease. I am particularly interested in long term care.”

-Gail Reid, 2015 Community Representative, Quality of Life Peer Review Panel

Gail is living with Alzheimer’s disease. She formerly worked as a social worker, magazine editor and writer.

 

Sandi“I am honoured and pleased to play a small part on this panel.As a person living with dementia I found the peer review process to be very formative and interesting.

Funding research on Alzheimer’s disease and dementia is important to me because with the aging population there is a great need.”

-Sandi Matchett, 2015 Community Representative, Quality of Life Peer Review Panel

Sandi is living with dementia. She is a former graphic designer who enjoys water colour painting and playing tennis.

**********************************************************************************************

Le Programme de recherche de la Société Alzheimer finance la recherche depuis maintenant 27 ans. Des représentants de la collectivité ont participé aux réunions des comités d’évaluation par des pairs, qui ont eu lieu en février 2015 à Toronto (Ontario).

Les représentants de la collectivité sont des membres du grand public qui ne participent pas actuellement à la recherche. Ils donnent leurs commentaires sur les intentions et les objectifs des projets de recherche soumis et sur la clarté du langage utilisé dans les résumés simplifiés. Leur contribution au processus d’évaluation par des pairs fournit un mécanisme de reddition de comptes auprès du public.

Nous sommes très heureux de vous présenter nos représentants de la collectivité pour 2015.

« À titre de représentante de la collectivité, j’ai eu la chance de comprendre le fonctionnement du processus d’évaluation par des pairs et les modalités de participation de la Société Alzheimer à la recherche. Cela a été très important pour moi de participer à ce processus. Les divers résumés que j’ai lus m’ont donné beaucoup d’espoir pour mon mari qui est atteint d’un trouble cognitif léger. Certains des projets soumis pourraient un jour ou l’autre lui venir en aide. Tous les médecins que j’ai rencontrés ont fait preuve d’éthique et de professionnalisme, en plus d’être très ouverts et sympathiques. Le processus d’évaluation par des pairs m’a permis d’enrichir mes connaissances à titre d’aidante. J’ai appris beaucoup à la lecture des résumés de recherche sur les troubles cognitifs légers, la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées.

Le financement de la recherche sur l’Alzheimer et les maladies apparentées me tient à cœur. Il est important d’établir rapidement le diagnostic et de trouver les causes de ces maladies afin de mettre au point un traitement. J’espère que mon mari, mes enfants et d’autres personnes pourront en profiter »

– Lydia Watts, représentante de la collectivité, comité d’évaluation par les pairs, volet biomédical

Mme Watts est l’aidante principale de son mari, Bruce, atteint d’un trouble cognitif léger. Technologiste médicale à la retraite, elle aime faire du bénévolat, broder et suivre des cours en ligne.

Bruce-and-Lydia-Watts
“« Cette expérience a été très intéressante et très enrichissante. L’ampleur des recherches menées actuellement pour combattre et guérir cette terrible maladie m’a beaucoup encouragé. Au cours de cette conférence, nous avons rencontré des gens sympathiques, ouverts et encourageants, qui travaillent tous ensemble à la réalisation d’un même objectif , à savoir améliorer notre qualité de vie et vaincre cette maladie. Cette chance que j’ai eue d’émettre mes commentaires sur la recherche m’a donné le sentiment d’être entendu et compris. À titre de personne atteinte d’une maladie cognitive, ma participation au processus d’évaluation par des pairs a été pour moi une activité très gratifiante.

Si nous voulons combattre l’Alzheimer et les maladies apparentées et en arriver un jour à les vaincre, il est important de poursuivre le financement de la recherche pour les personnes atteintes aujourd’hui et pour les générations futures. »

-Bruce Watts, comité d’évaluation par les pairs 2015, volet biomédical

M. Watt, technologiste médical à la retraite, est atteint d’un trouble cognitif léger. Il bénéficie du soutien de sa femme Lydia et de sa famille.

 

Gail« Cette expérience a été positive et encourageante. Je suis impressionnée par la variété des projets soumis et le processus minutieux mis en place pour prendre les décisions. Les discussions étaient animées et intéressantes, exigeantes et stimulantes.

La recherche sur l’Alzheimer et les maladies apparentées est importante pour moi parce qu’elle nous permettra de trouver de nouveaux moyens de combattre ces maladies et de découvrir un remède. Je m’intéresse particulièrement aux soins de longue durée. »

-Gail Reid, représentante du public 2015, comité d’évaluation par des pairs, volet qualité de vie

Mme Reid, qui est atteinte de la maladie d’Alzheimer, a été travailleuse sociale, rédactrice en chef d’une revue et écrivaine.

 

Sandi
« Je suis atteinte d’une maladie cognitive et je suis heureuse du petit rôle que je remplis au sein de ce comité.

Le processus d’évaluation par des pairs a pour moi été très formateur et très intéressant.

Le financement de la recherche sur l’Alzheimer et les maladies apparentées est important en raison des nouveaux besoins créés par le vieillissement de la population. »

-Sandi Matchett, comité d’évaluation par les pairs 2015, volet qualité de vie

Mme Matchett, représentante de la collectivité, est atteinte d’une maladie cognitive. Graphiste à la retraite, elle aime l’aquarelle et le tennis.