If you can’t decide, who will decide for you?

If you can’t decide, who will decide for you?

Planning for the future is important for everyone, but it’s especially important if you or someone you care about has dementia. That’s why we’ve partnered with RBC Wealth Management Estate & Trust Services to bring you a series of informative blogs about estate planning. In this blog, Elaine Blades, Senior Manager, Professional Practice Group, RBC Estate & Trust Services, outlines the steps everyone should take to plan for incapacity.


Elaine Blades

By Elaine Blades, Senior Manager, Professional Practice Group, RBC Estate & Trust Services

Planning for incapacity is an important aspect of estate planning, yet is often overlooked. Many people mistakenly believe that estate planning equates to having a will. In reality, a comprehensive estate plan includes much more. Your will only takes effect after death…so what happens while you’re still living?

As our population ages and continues to live longer, more of us will likely be living with some form of cognitive impairment or dementia. And while a diagnosis of Alzheimer’s disease or another form of dementia doesn’t mean that you must immediately stop making decisions, there will come a time when you will no longer be able to decide on your own. Having a plan in place makes things easier for your family when that time comes, and gives you the peace of mind that your wishes for health care, personal care and finances will be respected.

Here are the steps everyone can (and should) take to be prepared:

Appoint one or more substitute decision-makers

A substitute decision-maker will make decisions on your behalf in the event that you are incapable of deciding for yourself. Depending on where you live, this person might also be known as a “proxy”, “representative”, “agent”, or “power of attorney”*. Whichever term used, in every province there are two types: one for personal care, and one for management of property. You may choose to appoint the same person for both, or two different people, keeping in mind that they can require different skill sets.

For example, you may want someone with financial acumen to make decisions around your property, but someone else to make decisions around your personal care and health care. While your substitute decision-maker for personal care must be a person, you have the option to appoint a trust company to manage your property and financial decisions. Whatever you decide, the person or persons you appoint should be someone whom you trust to carry out your wishes.

It’s important to understand that the role of substitute decision-maker is different from the executor of your estate. There can be practical reasons for appointing the same person as executor and substitute decision-maker, but appointing one doesn’t automatically appoint the other.

If you don’t appoint a substitute decision-maker, most provinces and territories have a priority list, usually starting with family members—but here’s the thing: no one is automatically given this role. To be appointed, a person needs to apply to court, and this process can be complicated, time-consuming, and costly. For example, on the financial side, the applicant would need to file what is known as a “management plan,” which details all of your assets and how they will manage them.

It’s also important to note that the priority list used by the courts is arbitrary, and doesn’t take into account your personal family situation, or how close a person’s relationship was to you. That means that the person chosen by the courts may not be the person you would have wanted to make decisions on your behalf. Appointing a substitute decision-maker gives you the comfort of knowing that your care and property will be in good hands.

The process for appointing a substitute decision-maker varies across the country, so speak to a lawyer or your local Alzheimer Society to find out about the specific legal requirements in your province.

Ensure your wishes are known

Make an advance directive, or living will*

This is a document detailing your desires regarding your medical treatment in the event that you become incapable of communicating your wishes on your own. Note that this is not a legally binding document—it only serves as a guideline. It’s up to your health care providers and/or your substitute decision-maker to interpret your wishes and make decisions. So while an advance directive is an important part of your plan, it shouldn’t be the only part.

Discuss with your substitute decision-makers and family

It can be difficult to anticipate every possible eventuality in your advance directive, so it’s important to have conversations with substitute decision-makers about your values and wishes so that they can make the best decisions for you. Advance directives also focus only on medical care, but those aren’t the only types of decisions that will need to be made. Take the opportunity to speak openly and frankly with your substitute decision-maker about issues relating to future health care, personal care and financial decisions. Where do you want to live? What do you want to eat? Do you want financial resources to prioritize your comfort and well-being? Substitute decision-makers should know your preferences for things like language, food, hygiene, clothing, routines, activities, fears, likes and dislikes.

Don’t forget to discuss with the rest of your family, too. Ensuring that they are aware of your wishes can help avoid conflict between substitute decision-makers and other family members down the road.

Work with a professional

Don’t try to do this alone! Consult with a lawyer or your local Alzheimer Society to ensure all contingencies are covered and the appropriate legal paperwork is in place. Often, when a lawyer drafts your will, they will also include advance directive and substitute decision-maker paperwork as part of their services. This can be helpful for ensuring a smooth transition between living and after-life care and decision-making.

Revisit and revise regularly!

Just like a will, if you change your mind—so long as you remain capable—you can change your plan. There are also certain situations where you should revisit your plan—major life changes like marriage, divorce, children, health issues, deaths or moving to a different province should all prompt you to re-examine your estate plan.


It’s human nature to avoid talking about difficult topics like incapacity. But by actively preparing now, you can get on with your life knowing that future decisions about your personal care and property will be made easier for your family and reflect your wishes, beliefs and values.


*Laws and terminology vary from province to province. Contact your local Alzheimer Society for more information.

Additional resources:


This document has been prepared for use by the RBC Wealth Management member companies, RBC Dominion Securities Inc.*, RBC Phillips, Hager & North Investment Counsel Inc., Royal Trust Corporation of Canada and The Royal Trust Company (collectively, the “Companies”) and certain divisions of the Royal Bank of Canada. *Member-Canadian Investor Protection Fund. Each of the Companies and the Royal Bank of Canada are separate corporate entities which are affiliated. The information provided in this document is not intended as, nor does it constitute, tax or legal advice. The information provided should only be used in conjunction with a discussion with a qualified legal, tax or other professional advisor when planning to implement a strategy. ® / TM Trademark(s) of Royal Bank of Canada. Used under licence. ©Royal Bank of Canada 2017. All rights reserved.


Si vous ne pouvez pas décider… qui le fera à votre place?

Si vous ne pouvez pas décider… qui le fera à votre place?

Prévoir son avenir est important pour tous, mais ça l’est particulièrement si vous ou une personne dont vous prenez soin est atteinte d’une maladie cognitive. C’est pourquoi nous avons établi un partenariat avec les services Gestion de patrimoine, successions et fiducies de la banque RBC pour vous proposer une série de blogues informatifs sur la planification successorale. Dans ce blogue, Elaine Blades, la gestionnaire principale du groupe Pratique professionnelle des services Successions et fiducies de la banque RBC, explique les étapes que chacun devrait suivre pour prévoir l’avenir en cas d’incapacité.


Elaine Blades

Par Elaine Blades, gestionnaire principale, Groupe des pratiques professionnelles, Successions et fiducies à la banque RBC

Prévoir l’avenir en cas d’incapacité est un aspect important de la succession, mais il est souvent négligé. Nombreux sont ceux qui croient que la planification successorale équivaut à avoir un testament. En réalité, une planification successorale complète comprend bien plus que ça. Le testament ne prend effet qu’après le décès. Alors… qu’arrive-t-il de votre vivant?

Au fur et à mesure du vieillissement de la population et que ses membres continuent de vivre plus longtemps, de plus en plus d’entre nous vivront vraisemblablement avec une forme de trouble cognitif ou la maladie d’Alzheimer. Et, bien qu’un diagnostic de ces maladies ne signifie pas que vous devez immédiatement arrêter de prendre des décisions, il arrivera un moment où vous ne serez plus en mesure de décider de votre propre chef. Avoir un plan facilite les choses pour les membres de votre famille lorsque ce moment se présente. Un plan vous donne aussi la tranquillité d’esprit de savoir que vos souhaits en matière de soins de santé, de soins personnels et financiers seront respectés.

Voici les étapes que chacun doit (et devrait) prendre pour être prêt :

Nommez un ou plusieurs preneur(s) de décisions de remplacement

Un décideur substitut prendra des décisions en votre nom au cas où vous ne pourriez plus le faire seul. Selon l’endroit où vous habitez, on appelle aussi cette personne « mandataire », « représentant », « agent » ou « procuration »*. Quel que soit le terme utilisé, il en existe deux types dans chaque province : un pour les soins personnels et un autre pour la gestion des biens. Vous pouvez choisir de nommer la même personne pour les deux, ou deux personnes différentes, mais gardez à l’esprit que chaque aspect demande des compétences différentes.

Par exemple, vous souhaiterez peut-être nommer une personne ayant un sens des finances pour prendre des décisions concernant vos biens, mais en choisir une autre pour décider de vos soins personnels et sanitaires. Tandis que le décideur substitut qui prendra des décisions à votre place en matière de soins personnels doit être une personne physique, vous pouvez nommer une société de fiducie pour gérer vos biens et prendre vos décisions financières. Quelle que soit votre décision, la ou les personnes que vous nommez doivent être des personnes de confiance qui exécuteront vos volontés.

Il faut comprendre que le rôle d’un décideur substitut est différent de celui de l’exécuteur testamentaire. Il peut y avoir des raisons pratiques à nommer la même personne, mais la nomination de l’une n’entraîne pas automatiquement la nomination de l’autre.

Si vous ne nommez pas de décideur substitut, la plupart des provinces et territoires ont une liste des personnes prioritaires qui commence généralement avec les membres de la famille. Mais voilà : personne ne peut endosser automatiquement ce rôle. Pour être nommée, la personne doit en faire la demande auprès des tribunaux et ce processus peut être compliqué, long et coûteux. Par exemple, en ce qui concerne l’aspect financier, le demandeur doit déposer ce qui est connu sous le nom de « Plan de gestion ». Ce plan décrit vos actifs en détail et la manière dont ces derniers seront gérés.

Il convient aussi souligner que la liste des personnes prioritaires utilisée par les tribunaux est arbitraire et qu’elle ne prend pas en compte votre situation familiale personnelle ni la relation que vous entreteniez avec la personne. Cela signifie que la personne choisie par les tribunaux pourrait ne pas être celle que vous auriez souhaitée pour prendre les décisions en votre nom. Nommer un décideur substitut peut vous procurer le réconfort de savoir que vos soins et vos biens seront entre de bonnes mains.

Le processus pour nommer un décideur substitut varie dans le pays. Aussi, parlez-en à un avocat ou à votre Société Alzheimer régionale pour découvrir les dispositions juridiques particulières dans votre province.

Assurez-vous de faire connaître vos souhaits

Faites un testament de votre vivant ou établissez une directive préalable*

Il s’agit d’un document qui détaille vos souhaits au sujet de votre traitement médical dans le cas où vous êtes dans l’incapacité de communiquer vos souhaits. Veuillez noter qu’il ne s’agit pas d’un document juridiquement contraignant : il ne sert que de ligne directrice. Il appartient à vos fournisseurs de soins de santé et/ou votre décideur substitut d’interpréter vos souhaits et de prendre des décisions. Aussi, bien qu’une directive préalable constitue une partie importante de votre plan, elle ne doit pas être la seule.

Discutez avec votre décideur substitut et les membres de votre famille

Il peut être difficile d’anticiper tous les cas de figure dans votre directive préalable. Il est donc important d’avoir des conversations avec les décideurs substituts au sujet de vos valeurs et vos souhaits pour qu’ils puissent prendre les meilleures décisions pour vous. Les directives préalables ne se concentrent que sur les soins médicaux, mais ce ne sont pas là les seules décisions qui devront être prises. Prenez un moment pour discuter ouvertement et franchement avec votre décideur substitut au sujet d’enjeux relatifs aux soins de santé futurs, aux soins personnels et aux décisions financières. Où voulez-vous vivre? Que voulez-vous manger? Voulez-vous que vos ressources financières soient en priorité utilisées pour votre confort et votre bien-être? Les décideurs substituts doivent connaître vos préférences en matière de langue, nourriture, hygiène, vêtements, habitudes, activités, craintes, etc.

N’oubliez pas d’en parler également avec votre famille. S’assurer qu’ils connaissent vos souhaits peut aider à éviter des conflits entre les décideurs substituts et les autres membres de la famille à l’avenir.

Travaillez avec un professionnel

N’essayez pas de faire cela seul! Consultez un avocat ou votre Société Alzheimer régionale pour vous assurer que toutes les éventualités sont couvertes et que les documents juridiques qui conviennent sont prêts. Souvent, lorsqu’un avocat rédige votre testament, il inclura également une directive préalable ainsi que des documents relatifs au décideur substitut dans le cadre de ses services. Cela peut être utile pour assurer une transition sans encombre entre la prise de décision avant et après.

Réexaminez vos documents régulièrement!

Comme dans le cas d’un testament, si vous changez d’avis, vous pouvez changer votre plan (pour autant que vous en soyez capable). Il existe aussi certaines situations dans lesquelles vous devrez réexaminer votre plan. Par exemple, en cas de grands changements survenant dans votre vie, comme en cas de mariage, de divorce, d’enfants, de problèmes de santé, de décès ou de déménagement dans une autre province, etc. Ces changements devraient vous pousser à réexaminer votre planification successorale.


Il est dans la nature humaine de vouloir éviter d’aborder des sujets difficiles, comme l’incapacité. Mais en vous préparant activement dès à présent, vous pouvez continuer à vivre votre vie en sachant que vos décisions futures en matière de soins personnels et de biens seront facilitées pour votre famille et qu’elles reflèteront vos souhaits, croyances et valeurs.


*Les lois et la terminologie peuvent varier d’une province à l’autre. Contactez votre Société Alzheimer régionale pour de plus amples informations.

Ressources supplémentaires :


Ce document a été préparé(e) pour les sociétés membres de RBC Gestion de patrimoine, RBC Dominion valeurs mobilières Inc.*, RBC Phillips, Hager & North Services-conseils en placements inc., Société Trust Royal du Canada et Compagnie Trust Royal (collectivement, les « sociétés »). * Membre–Fonds canadien de protection des épargnants. Chacune des sociétés et Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affiliées. Les renseignements fournis dans ce document ne constituent pas des conseils fiscaux ou juridiques et ne doivent pas être interprétés comme tel. Les renseignements fournis ne doivent servir qu’à des fins de discussion avec un conseiller juridique ou fiscal qualifié ou un autre conseiller professionnel pour la planification de la mise en œuvre d’une stratégie. ® / MC Marque(s) de commerce de Banque Royale du Canada, utilisée(s) sous licence. © RBC Dominion valeurs mobilières Inc., 2017. Tous droits réservés.


Comments are closed.